J’ai visité une AVEC …

Cet article est tire du blog de Plan Benin http://planbenin.wordpress.com

Plan
Plan

Dis comme cela, on pourrait bien penser que le titre de ce billet n’est pas complet. Et pourtant, il l’est. Il l’est si l’on sait qu’AVEC s’écrit en fait AVE&C et signifie en long « Association Villageoise d’Epargne et de Crédit ». Ayant ainsi replacé les choses dans leur contexte, j’en reviens à mon propos. Donc, je disais, j’ai visité une AVEC …

Vendredi 08 février 2013, 11h du matin. Quelque part au fin fond du Bénin profond, dans un petit village dénommé Tchakifaka de la commune de Toucountouna, se réunissent une vingtaine de femmes, accompagnées de leurs enfants, tous petits, dont en réalité, elles ne se séparent jamais. Elles sont assises sur des bancs, de minuscules tabourets, des nattes. Elles sont habillées de tenues bigarrées, avec ou sans foulard, dans une sublime diversité faite de beauté, de fierté, de dignité, de tristesse, de désillusion mais surtout de pauvreté. Derrière chacun de ces visages, se cache l’histoire d’une vie. Et à en croire le décor, cette vie est loin d’être un long fleuve tranquille …

Elles sont rassemblées comme elles le font de manière régulière depuis plusieurs mois, depuis que l’ONG Plan Bénin leur a montré qu’ensemble elles peuvent réaliser de grandes choses. Pour en arriver à ces rencontres hebdomadaires, il a d’abord fallu dépasser les préjugés, accepter de s’écouter en tant qu’humain et non plus en tant que membre de telle ou de telle ethnie. Il a fallu du temps et la patience des agents facilitateurs de Plan Bénin, dont le rôle a été et est toujours celui de catalyseur.

Notre arrivée modifie quelque peu le cours habituel des rencontres. Ensemble, solidaires et joyeuses, les femmes entonnent un chant de bienvenue dans une langue qu’aucun de nous ne comprend, exceptée Sayi, la jeune facilitatrice qui nous sert de guide.

Des places nous sont réservées. On nous fait asseoir et la réunion commence. Les enfants, habitués à ces rencontres, s’éloignent légèrement et jouent sous un arbre. L’un d’entre eux pourtant, espiègle, n’arrête pas de taquiner sa mère qui se défend mollement. La présidente de l’association, jeune femme  frêle au regard intelligent fait un bref discours. Trois personnes se lèvent ensuite, ouvrent les trois cadenas d’une caisse  discrètement déposée un peu plus tôt par un des membres. Puis, pendant 30 mn voire une heure, selon une mécanique bien réglée, les femmes se lèvent, remettent de l’argent à l’une d’entre elles, qui le compte sous l’œil vigilant d’une autre. A deux, elles  annoncent ensuite le montant exact recueilli à tout le groupe. Puis on assiste à une deuxième phase où certaines femmes se lèvent et rendent de l’argent tandis que d’autres en prennent.

Ainsi, chaque semaine, ces femmes se regroupent pour épargner et pour obtenir de leur groupe des crédits. Le taux de remboursement ce jour là est de 100 %. Les personnes qui économisent plus que le montant minimal de 200 FCFA recommandé sont félicitées. De cette action solidaire menée depuis plusieurs mois est sortie une épargne de 800 000 FCFA, une vraie fortune. Les femmes sont heureuses de pouvoir faire leur petit commerce grâce au crédit obtenu auprès de leur AVE&C.  Elles savent qu’à  la fin de l’année, elles assisteront au grand partage au cours duquel sont restitués à chacune, selon le montant cotisé, les fonds dans la caisse, majorés par un intérêt. Ce jour là, ce sera une grande fête. Car toutes les femmes seront sorties gagnantes de l’expérience.  Ce projet, elles le savent, les aide à sortir de la pauvreté.

L’exemple de Tchakifaka n’est qu’un parmi tant d’autres. Plus de 800 associations de femmes sont mises en place au Bénin par Plan, à travers son programme « Autonomisation des femmes pour la réalisation des droits de l’enfant ». Des femmes vivant dans des ménages pauvres bénéficient ainsi de l’aide de l’institution pour atteindre une autonomie financière, salutaire pour elles d’abord, mais aussi pour leurs familles en général et leurs enfants en particulier. Plan Bénin part du principe que si une mère est heureuse, et financièrement comblée, elle donnera à ses enfants le meilleur d’elle-même et de meilleures conditions de vie, notamment en ce qui concerne la nourriture et l’éducation.

Que dire pour finir ? Juste un petit conseil. Si un jour vous en avez l’occasion, visitez une AVE&C de Plan Bénin. Je vous assure qu’après cela, vous verrez la vie différemment.